Montée de Paul

Philippe Henne
Mercredi de la sixième semaine de Pâques

Montée de Paul à Jérusalem

Actes 21,1-16

Alors, après nous être séparés d’eux, nous avons gagné le large et filé droit sur Cos, le lendemain sur Rhodes, et de là sur Patara.  Puis, ayant trouvé un bateau qui faisait la traversée vers la Phénicie, nous sommes montés à bord et nous avons gagné le large.  Arrivés en vue de Chypre, nous avons laissé l’île sur notre gauche ; nous avons navigué vers la Syrie et nous avons débarqué à Tyr : c’est là, en effet, que le bateau déchargeait sa cargaison.  Ayant trouvé les disciples, nous sommes restés sept jours avec eux ; ceux-ci, poussés par l’Esprit, disaient à Paul de ne pas monter à Jérusalem.

Mais quand notre séjour a été achevé, nous sommes partis et nous avons repris la route, accompagnés jusqu’en dehors de la ville par tous, y compris les femmes et les enfants. À genoux sur le rivage, nous avons prié ;  après nous être dit adieu les uns aux autres, nous avons embarqué à nouveau sur le bateau, tandis qu’ils retournaient chez eux. Quant à nous, achevant notre traversée, de Tyr nous sommes arrivés à Ptolémaïs ; ayant salué les frères, nous avons passé une journée chez eux. Partis le lendemain, nous sommes allés à Césarée, nous sommes entrés dans la maison de Philippe, l’évangélisateur, qui était l’un des Sept, et nous sommes restés chez lui.  Il avait quatre filles non mariées, qui prophétisaient.  Comme nous restions là plusieurs jours, un prophète nommé Agabos descendit de Judée. Il vint vers nous, enleva la ceinture de Paul, se ligota les pieds et les mains, et déclara : « Voici ce que dit l’Esprit Saint : L’homme à qui appartient cette ceinture, les Juifs le ligoteront de la sorte à Jérusalem et le livreront aux mains des nations. » Quand nous avons entendu cela, nous et les frères qui habitaient là, nous l’exhortions à ne pas monter à Jérusalem. Alors Paul répondit : « Que faites-vous là à pleurer et à me briser le cœur ? Moi je suis prêt, non seulement à me laisser ligoter, mais encore à mourir à Jérusalem pour le nom du Seigneur Jésus. » N’ayant pu le persuader, nous n’avons pas insisté, et nous avons dit : « Que la volonté du Seigneur soit faite. » À la fin du séjour, nos préparatifs étant achevés, nous sommes montés à Jérusalem.  Quelques disciples, venus avec nous de Césarée, nous conduisirent chez un certain Mnason de Chypre, un disciple des premiers jours, pour que nous y recevions l’hospitalité.

 

 

0
Shares