Un épilogue impressionnant

Regardez ce que j’écris en grandes lettres pour vous de ma propre main. Tous ceux qui veulent faire humainement bonne figure, ce sont ceux-là qui vous obligent à la circoncision ; ils le font seulement afin de ne pas être persécutés pour la croix du Christ. Car ceux qui se font circoncire n’observent pas eux-mêmes la Loi ; ils veulent seulement vous imposer la circoncision afin que votre chair soit pour eux un motif de fierté.

Ga 6,11-13

Tommy Vandendriessche
47-50

Dans un épilogue impressionnant, Paul répète tous les thèmes de la lettre, mais maintenant avec encore plus d'insistance. Une telle lettre était destinée à être proclamée. Paul a donc dû la dicter comme s'il s'adressait, en personne, à un public. Il utilise ici toutes les techniques de persuasion et de rhétorique. Au premier siècle, il n'était pas rare que de tels discours aient un caractère polémique. Cependant, il est assez inhabituel que Paul termine tout le reste de la lettre —une puissante reprise du cœur de son argumentation— de ses propres mains. Cela en dit long sur sa passion.

Paul était sans aucun doute quelqu'un qui avait un grand talent d'organisateur. Il a fondé de nombreuses communautés. Il a encouragé et exhorté, structuré et conseillé. Et puis il est passé à autre chose... pour une bonne raison sans doute. Peut-être était-il trop prophète pour être seulement un manager ? Paul était également trop "impliqué" pour construire un système à partir de ses déclarations.

Tout mouvement qui ne veut pas s’étioler et devenir insignifiant a besoin d’un Paul de temps en temps : des femmes et des hommes qui osent parler sans peur, avec une grande liberté intérieure. Des personnes qui osent une parole tranchante. Qui osent aussi formuler les choses précisément et qui posent des questions : ‘Quel est le fond du problème ?’, ‘Que devons-nous oser laisser tomber ?’  ‘Que faut-il préserver et développer ?’

Dans son récent discours « Le christianisme au XXIème siècle », Thomas Halik pose la question de savoir s'il n’est pas simpliste de diviser les personnes entre "croyants" et "non-croyants" en fonction de leur réponse à la question de savoir s'ils croient ou non en Dieu, et en quelle religion ou église ils prétendent croire. « Souvenez-vous, il y a beaucoup de gens qui croient sans appartenir, et beaucoup de gens qui appartiennent sans croire. »

Tommy Vandendriessche
Roeselare

Een indrukwekkende epiloog

Nous suivre

Nous suivre sur YOuTube

0
Shares