Ne vous découragez pas de faire le bien

Ne nous lassons pas de faire le bien, car, le moment venu, nous récolterons, si nous ne perdons pas courage.  Ainsi donc, lorsque nous en avons l’occasion, travaillons au bien de tous, et surtout à celui de nos proches dans la foi.
Ga 6,5-8

Claude Sélis
46-50

Vous savez bien, chers frères, que l'adhésion au message de Jésus-Christ implique de faire le bien, concrètement, au jour le jour, à l'intérieur de la communauté bien sûr mais aussi tout autour de vous. Mais, comme je vous l'ai déjà dit, le message de Jésus-Christ ne peut être réduit à cela. Ce n'en est qu'une conséquence pratique, évidente, normale. Je ne vous ai jamais enseigné une petite morale, une sagesse tranquille comme le font tant de sages à cette époque, avec quelques consignes pour s'aménager une vie paisible, résignée, fataliste, insensible au monde. Je vous ai enseigné l'adhésion à une personne qui est venue avec un autre regard sur le monde, une autre manière de s'y situer, une volonté de le transformer. Dans ce cadre-là, la pratique du bien change de dimension. Elle n'est plus seulement un calcul savant de bonne civilité, un baume de bonne conscience individuelle; elle peut devenir le témoignage, banal au départ, d'une ligne de vie qui peut devenir exceptionnelle dans certaines circonstances.

Pratiquer le bien occasionnellement ou quand tout le monde pratique le bien, ce n'est pas difficile. Mais le faire dans un contexte de tensions, de conflits, d'échecs, de déceptions, de manque de résultats, c'est autre chose ! Le découragement, voilà l'ennemi. Où trouverez-vous la force dans ce cas ? Dans de nouvelles consignes ? Dans de l'auto-suggestion perpétuelle ? Moi, je l'ai trouvée en la personne de Jésus-Christ. Certes, je l'avoue, j'aimerais aussi voir le fruit de mon action de mon vivant mais mon endurance ne tient pas à cela. Je sais qu'au-delà de ma personne, c'est en Jésus-Christ que mon action portera sa seule véritable fécondité. D'ailleurs, vaine est mon action si ce n'est pas pour être féconde en Lui. Ce n'est pas une affaire de moment, maintenant ou plus tard, mais de trouver où se trouve la vraie fécondité. Par contre, ce qui est affaire de temps, c'est l'action humaine. En tant qu'humain, je n'ai pas d'autre choix pour "pratiquer le bien" que de le faire pendant mon existence terrestre. Et celle-là est limitée ! Alors, mes frères, ne reportez pas au lendemain et préparez-vous à tenir bon le temps de votre vie.

Claude Sélis
Bruxelles

Raak niet ontmoedigd het goede te doen

Nous suivre

Nous suivre sur YOuTube

0
Shares