Paix

Paix
Ga 5,22


Marcel Braekers
35-50

Paul énumère toute une série de qualités pour décrire ce qu’est, selon lui, la vie selon l’Esprit. Il n'a manifestement pas oublié sa formation stoïcienne. Paul, devenu disciple du Christ, va cependant beaucoup plus loin. Il décrit maintenant l'homme nouveau, celui en qui l'Esprit de Dieu et de Jésus-Christ est à l'œuvre.

Aujourd’hui, commentons une de ces qualités : la « paix ».

Nous pourrions penser que s'il y a une condition ou une qualité de vie que nous avons à portée de mains, c'est bien la paix. Toutes les querelles, les guerres, les disputes de famille, les querelles de voisinage sont le résultat de la jalousie, de la cupidité, de la domination, etc. En réglant cela, les gens ne pourraient-ils pas vivre en paix par eux-mêmes ? Pourtant, Paul pense différemment. Certes, régler les conflits que je viens d’énumérer est essentiel, mais ils ne touchent que le niveau le plus élémentaire de la paix. Il s’agit de la paix la plus accessible et la plus gérable. Pour Paul, une dimension plus profonde est la paix comprise comme un don de l'Esprit. C'est la paix que nous ressentons lorsque nous nous sommes réconciliés avec nous-mêmes, la paix qui survient lorsque la vie offre une nouvelle perspective, peu importe ce qui s'est passé, c’est la paix ressentie parce que nous nous sentons aimés au plus profond de nous-mêmes.

N’avons-nous pas besoin de cette paix profonde et spirituelle pour établir la paix quotidienne de nos cœurs ? Ceux qui se savent reconnus et aimés au plus profond d'eux-mêmes ont ainsi une base solide pour se réconcilier, pour abandonner toute suffisance, pour faire un premier geste de rapprochement. Le don de l'Esprit provoque ainsi un profond bouleversement chez ceux qui sont convertis au Christ !

Marcel Braekers
Heverlee

 

 

Nous suivre

Nous suivre sur YOuTube

0
Shares