Vous que j'enfante dans la douleur

Mes enfants, vous que j’enfante à nouveau dans la douleur jusqu’à ce que le Christ soit formé en vous, je voudrais être maintenant près de vous et pouvoir changer le ton de ma voix, car je ne sais comment m’y prendre avec vous. Dites-moi, vous qui voulez être soumis à la Loi, n’entendez-vous pas ce que dit la Loi ?
Ga 4, 19-21


Antoinette Van Mossevelde

23-50

Lorsqu'un homme évoque les ‘douleurs de l'enfantement’ qu'il doit endurer, il doit s’attendre à une attention accrue de son auditoire. Il est assez remarquable, en effet, de voir que Paul utilise une image féminine au sein de cultures manifestement patriarcales pour parler de sa propre relation avec les communautés de Galatie.

Les femmes endurent des contractions pour donner naissance à une nouvelle vie. Lorsque Paul a subi les douleurs de l’enfantement et doit les subir à nouveau, il témoigne du lien vital et indissoluble qui existe entre lui et la communauté des Galates. Il leur rappelle que c'est à travers lui, à travers son travail, que cette communauté a vu la lumière, qu'on leur a donné la vie. Et tout comme le lien mère-enfant est indéfectible, la relation de Paul avec les Galates l'est tout autant. Lorsqu'il s’insurge contre eux, les maudit et est furieux du chemin qu'ils ont pris, c'est dû en partie à la nature de leur relation, à cette parenté indissoluble.

Cependant, tout comme une femme ne "crée" pas une nouvelle vie, mais la donne et la met au monde, Paul ne "fait" pas la communion en Christ. Peu importe l'engagement qu'il prend et qu'il continue à supporter.

Les communautés de croyants restent une interaction de personnes, d'engagement permanent et de grâce. Car c'est le Christ lui-même qui veut naître au milieu des croyants. C'est l'amour de Dieu qui se manifeste dans la manière dont nous nous entendons les uns avec les autres. Un amour qui nous rend libres et que nous avons appris à connaître en la personne de Jésus de Nazareth.

Cela se produit et peut se reproduire à chaque fois dans les communautés où chacun est pris en compte. Des communautés qui ne font aucune distinction entre Juif et Grec, circoncis et non-circoncis, esclave et libre, homme et femme. Ce sont des communautés qui prennent la forme du Christ.

Antoinette Van Mossevelde
Gent

Ik moet opnieuw weeën doorstaan vanwege u

 

Nous suivre

Nous suivre sur YOuTube

0
Shares