Deviens comme moi: un esclave?

Frères, je vous en prie, devenez comme moi, car moi je suis devenu comme vous. Assurément, vous ne m’avez fait aucun tort. Vous le savez : c’est par suite d’une maladie que je vous ai annoncé l’Évangile pour la première fois ; et l’épreuve qu’était pour vous ce corps malade, vous ne l’avez pas repoussée avec dégoût, mais vous m’avez accueilli comme un ange de Dieu, comme le Christ Jésus lui-même.
Ga 4, 6-11


Patrick Lens

21-50

"Devenez comme moi" écrit Paul aux Galates, alors qu'il vient de leur parler de la vie d'esclave. Si vous ne vivez pas par l'Esprit, vous vivrez par la loi —par devoir et par la peur— mais non dans la liberté. Certains Galates veulent en effet revenir à la loi, à une dépendance à des règles de pureté, à des règles "concernant les jours, les temps et les années". Aujourd'hui encore, bien des personnes choisissent une telle dépendance: en regardant les étoiles, les horoscopes... Les étoiles et les horoscopes ne prennent pas soin de nous de manière personnelle. Au contraire, nous devons constamment tenir compte d’eux, nous assurer que nous ne faisons rien de mal, effectuer tous les rituels de manière répétée. La loi reste donc un gardien, dit Paul, que ce soit l'ancienne loi juive ou bien l'ésotérisme et les horoscopes. Un gardien: c'est-à-dire quelqu'un qui contrôle, mais qui ne se soucie finalement pas de nous. Cela reste de l'esclavage. Paul, au contraire, choisit de se laisser guider par Dieu. Ce n'est pas toujours confortable non plus: la seule raison pour laquelle Paul a rejoint les Galates est qu'il est tombé malade et est devenu comme un fardeau pour eux.

Être guidé par Dieu est différent de l'esclavage: il s'agit de s’abandonner à Dieu, même si nous ne comprenons pas toujours quel est son plan. Paul a en lui l'Esprit qui le fait crier: Abba! Père! Il se sent comme un enfant de Dieu —pris en charge— même s'il doit assumer sa responsabilité d'adulte. Nous pouvons parler à Dieu; son amour pour nous est assuré, même si nous devons parfois traverser l'obscurité. "Devenez comme moi" dit Paul. Comme un esclave? Certainement pas. Plutôt comme des enfants bien-aimés qui ont librement accès à Dieu et qui peuvent certes parfois se mettre en colère, comme tous les enfants, mais qui peuvent toujours se tourner vers Dieu. Vous obtiendrez toujours le courage et le réconfort du Saint-Esprit pour suivre votre chemin. Il faudra parfois pleurer un peu: mais tous les enfants ne font-ils pas cela?

Patrick Lens
Bruxelles

Word als ik : een slaaf?

Nous suivre

Nous suivre sur YOuTube

0
Shares