Quel bonheur de recouvrer la liberté de l’Amour !

Il est d’ailleurs clair que par la Loi personne ne devient juste devant Dieu, car, comme le dit l’Écriture, celui qui est juste par la foi, vivra, et la Loi ne procède pas de la foi, mais elle dit : Celui qui met en pratique les commandements vivra à cause d’eux. Quant à cette malédiction de la Loi, le Christ nous en a rachetés en devenant, pour nous, objet de malédiction, car il est écrit : Il est maudit, celui qui est pendu au bois du supplice. Tout cela pour que la bénédiction d’Abraham s’étende aux nations païennes dans le Christ Jésus, et que nous recevions, par la foi, l’Esprit qui a été promis.
Ga 3, 15-18


 Marianne Goffoël

14-50

Voici qu’à nouveau Paul déploie son thème favori : le contraste – voire l’opposition irréductible - entre la « Loi » et la « Foi » - manière bien orientale de présenter les choses. Car seule la foi fait vivre. Ces deux termes « foi » et « loi » proposent à tout croyant un passage à franchir, une « Pâque » en quelque sorte…Il s’agit de passer d’une attitude extérieure dictée par la loi, vers une attitude intérieure dictée par la foi, un passage de « la lettre » qui « tue », à « l’esprit qui vivifie » (2 Co,3, 6).  

Cependant, il distingue clairement « loi » et « commandements », deux termes fort proches…pourquoi cette distinction ?La référence évangélique est claire ici, c’est bien Jésus qui parle de « commandements nouveaux » (Jn 13,31-33 ;34-35)  Quelle est alors la différence entre « loi » et « commandements » ? Le double commandement de l’amour de Dieu et du prochain nous lie personnellement,  intimement au Christ et aux autres (Lc 10,26). Et ce commandement est tout intérieur, il s’inscrit dans le coeur.  

Comme le chante le psalmiste : « Aujourd’hui, ne fermons pas notre cœur mais écoutons la voix du Seigneur » (Ps 94,1). Laissons Dieu habiter nos cœurs, et pour cela, prenons le temps de vivre à son écoute, accueillons le Christ en accueillant l’autre, le frère, à travers petits gestes quotidiens de l’amour. Accomplissons ce passage de la mort à la vie, du repli sur soi et sur nos besoins - source de tant de cécités - à l’ouverture aux autres…et les occasions ne manqueront pas pour cela…  Sur ce chemin, l’Esprit « nous conduira vers la vérité toute entière » (Jn 16,12-15). Invoquons-Le tout en cheminant en ce temps pascal vers la fête de la Pentecôte.

Marianne Goffoël
Bruxelles

Comment être stupides à ce point ?


 

Nous suivre

Nous suivre sur YOuTube

0
Shares