Le souci des petits

 

Ayant reconnu la grâce qui m’a été donnée, Jacques, Pierre et Jean, qui sont considérés comme les colonnes de l’Église, nous ont tendu la main, à moi et à Barnabé, en signe de communion, montrant par là que nous sommes, nous, envoyés aux nations, et eux, aux circoncis. Ils nous ont seulement demandé de nous souvenir des pauvres, ce que j’ai pris grand soin de faire.
Ga 2, 9-10


 Myriam Tonus

8-50

C'était au temps de Paul comme aujourd'hui : il n'est jamais facile, pour une institution, d'intégrer la différence. Paul en a fait les frais, puisqu'on l'a accusé de n'être pas un vrai apôtre, de ne pas annoncer le vrai Évangile. D'être un dissident, en quelque sorte. Mais son obstination, portée par sa foi,  a fini par l'emporter puisque le voici reconnu par les colonnes – nous dirions aujourd’hui : les piliers – de l'Église. Cette reconnaissance aura des conséquences que n'imaginaient certainement pas Pierre Jacques et Jean ! En effet, Paul est désormais celui qui va porter la Parole "aux nations", c'est-à-dire qui va la sortir du monde Juif où elle était confinée. Rendons-nous compte : si Paul avait abandonné sa mission, nous ne serions pas là pour en parler ! C'est en effet son ardente volonté de ne poser aucune limite à l'annonce qui va permettre sa propagation par-delà toutes les frontières. Nous sommes les fils et filles lointains de cet empêcheur de prier en rond !      

Non, il n'est jamais facile, pour une institution, d'intégrer la nouveauté. Parler, aujourd'hui, de celles et ceux qui sont "à la marge" ou "aux frontières" de l'Église et de nos communautés, chercher à "ramener" vers nous les jeunes devenus indifférents : n'est-ce pas retomber dans ce vieux travers ? Paul, habité par le souffle de l'Évangile, nous encourage aujourd'hui à ne pas demeurer nécessairement dans notre enclos. Le souci des petits et des pauvres : tel est l'unique lien infrangible entre toutes les formes d'appartenance communautaire. Pour le reste, ce Souffle échappe à nos catégories car nul ne sait ni d'où il vient, ni où il va…

Myriam Tonus
Dampremy

De zorg voor kleinen


Nous suivre

Nous suivre sur YOuTube

0
Shares