Est-ce à des hommes que je cherche à plaire ?

Maintenant, est-ce par des hommes ou par Dieu que je veux me faire approuver ? Est-ce donc à des hommes que je cherche à plaire ? Si j’en étais encore à plaire à des hommes, je ne serais pas serviteur du Christ. Frères, je tiens à ce que vous le sachiez, l’Évangile que j’ai proclamé n’est pas une invention humaine. Ce n’est pas non plus d’un homme que je l’ai reçu ou appris, mais par révélation de Jésus Christ.
Ga 1,10-12


Antoinette Van Mossevelde

3-50

« Comment pouvez-vous soutenir que c’est par des hommes que je veux me faire approuver ? J’ai pourtant maudit tous ceux qui prêchent un autre évangile ! » 

L'évangile que Paul proclame est accessible à quiconque, sans avoir à suivre la Torah des juifs. Ni la circoncision, ni les lois alimentaires ne sont des préalables pour suivre le chemin de Jésus de Nazareth. Non pas parce qu'il serait plus « facile » d'aller dans cette direction. Le message de Jésus n'a rien à voir avec la recherche d'un succès à bon marché. La mort infamante sur la croix le montre clairement. Il en résulte qu’une telle liberté appartient à l'essence même de l'évangile de Jésus-Christ. 

La justice que vise la Torah n'est pas atteinte par un strict respect des prescriptions. Le salut promis par Dieu ne vient pas de l'accomplissement de la loi. La vie de Jésus a continuellement montré à quel point un certain accomplissement rigide de la loi pouvait être source de discrimination et d’oppression. Et comment, finalement, les lois produisent parfois l'opposé de ce qu'elles sont censées apporter. 

C'est par la grâce de Dieu que l'homme est justifié et non par ses propres œuvres. Cette confiance en Dieu est plus importante que toutes les œuvres sur lesquelles nous pouvons compter. C'est seulement dans une telle foi que l'homme peut devenir vraiment libre. Libre de tout ce qui le lie à lui-même et à ses idoles; libre de tout ce qui n'est pas Dieu. Paul a découvert cette liberté en Christ. Une liberté qui nous apprend à être plein d’audace face à Dieu. 

Cette liberté et cette audace n'ont rien à voir avec un manque d’engagement. Au contraire, ils sont au service d'un amour solidaire qui s'adresse inconditionnellement à tout être humain, sans distinction. Aucune loi, aucun précepte, aucune règle ne peut s’opposer à l'aide aux personnes dans le besoin. 

Se mettre au service du Christ, c'est être libéré de l'envie de plaire aux hommes. Paul a découvert un telle liberté en Jésus-Christ, et il continuera à la défendre inlassablement, quelles que soient les critiques et les reproches qu'il endurera.

Antoinette Van Mossevelde
Gand

Zoek ik soms de gunst van de mensen?

 

Nous suivre

Nous suivre sur YOuTube

0
Shares