Persévérer et garder courage

PAUL, apôtre, – envoyé non par des hommes, ni par l’intermédiaire d’un homme, mais par Jésus Christ et par Dieu le Père qui l’a ressuscité d’entre les morts, – ainsi que tous les frères qui sont avec moi : aux Églises du pays galate. À vous, la grâce et la paix de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ, qui s’est donné pour nos péchés, afin de nous arracher à ce monde mauvais, selon la volonté de Dieu notre Père, à qui soit la gloire pour les siècles des siècles.
Ga 1,1-5


Patrick Lens

1-50

Cette année, Pâques se vit en mode mineur. «Les frères qui sont avec moi» écrit saint Paul. Bien peu de personnes ont la possibilité de dire de tels mots en ce temps de confinement. «Être arraché à ce monde mauvais» écrit-il également. Nous n'aurions peut-être pas aimé entendre cela l'année dernière. En attendant, nous pouvons bien imaginer qu’il nous est possible de vivre quelque chose. Nous vivons vraiment dans une situation difficile et c’est pourquoi nous devons peut-être mieux la comprendre. Quelle attitude devons-nous alors adopter à cet égard ?

Paul est un apôtre, envoyé non par des hommes, ni par l’intermédiaire d’un homme. Paul a été bouleversé par le Ressuscité et c'était peut-être la dernière chose à laquelle il s'attendait. Pour les chrétiens, Pâques est devenu une évidence. Mais certaines expériences limites peuvent aussi nous aider à réfléchir à ce qui nous est le plus fondamental : quel avenir nous est-il permis d’espérer ?  Jésus a parcouru seul son chemin, le passage étroit, le néant. Et son père l'a ressuscité d'entre les morts. De prime abord, un tel message est impossible.  Mais c’est peut-être aussi le seul qui nous reste...

Pour Pâques, nous aurons des œufs… mais il n’y aura pas d’Eucharistie. Certains d'entre nous seront seuls aujourd'hui. Heureusement, il y a internet pour maintenir le contact. Nous ne pouvons alors aujourd'hui que nous souhaiter mutuellement « la grâce et la paix ». C'est peut-être exactement ce dont nous avons besoin en ce temps : la grâce, la force de persévérer et de garder courage, avec la proximité bienfaisante avec Dieu. La paix en découle : elle est liée à l'acceptation de ce qui nous arrive ici et maintenant, mais aussi à l'idée que Dieu n'a pas d'autre choix que de vouloir ce qui est bon pour nous. Il l'a montré dans son Fils, lui qui s'est donné pour nos péchés, et qui a été élevé et fortifié par le Père, aujourd'hui également ! Après les ténèbres de la mort, Il se révèle à nouveau.

Joyeuse fête de Pâques

Patrick Lens
Bruxelles

Genade en vrede

 

Nous suivre

Nous suivre sur YOuTube

0
Shares