Un père si généreux


Michel Linder

Un père si généreux !
Chapitre 4

Lorsque j’étais enfant et puis plus tard aussi, on m’a souvent répété qu’il fallait « aimer Dieu ». Et tout aussi souvent j’ai pensé : « Comment puis-je aimer Dieu que personne n’a jamais vu et qui est le Créateur d’un univers qui me dépasse tellement au point de m’effrayer ?». Puis, l’âge aidant ainsi que la prière et les Écritures, j’ai réalisé comme l’écrit saint Grégoire de Nazianze qu’il m’a été donné de voir la beauté de la nature, les astres du ciel et l’harmonie et l’ordre qui les conduisent, puis aussi toute la civilisation avec ses progrès et ses lois et les relations familières avec mes semblables. Et puis tout le reste…

Tous ceux qui ont eu la chance d’avoir un père aimant, savent à quel point il peut être généreux. Celui qui m’avait fait tous ces dons se conduisait donc comme un père, mon Père. Dieu avait fait de moi un fils qui pouvait atteindre sa majorité c’est-à-dire l’état adulte qui permet de s’élever au-dessus des balbutiements chaotiques du monde et parfois aussi des ténèbres qui nous entourent. J’avais donc tout reçu même ce dont j’ignorais l’existence.

Pour atteindre cette maturité qui est un don gratuit, il m’avait fallu parcourir un certain chemin qui consistait à réaliser l’existence, la grandeur, et la générosité de mon père. Seules la prière, l’étude et les échanges guidés par l’Esprit Saint peuvent nous aider sur ce chemin. Et puisque Dieu a envoyé l’Esprit de son Fils en mon cœur, Il l’a envoyé aussi dans ceux qui sont maintenant mes frères et sœurs que je peux aimer non plus par devoir mais comme un plaisir émouvant.

Il faut donc à certains d’entre nous parcourir un long chemin pour se découvrir fils et filles de Dieu. Comme le chantait Hugues Aufray : « pour faire un homme, mon Dieu que c’est long ! ».

Dieu notre Père soit béni !

Michel Linder
Tubize